INTERNSHIP UK

Read how you can change your life

Le sous-titrage

Durant votre stage dans le département Traduction, il se peut que l’on vous demande d’effectuer des tâches pour lesquelles vous n’avez pas été formé pendant vos études, comme par exemple la révision et le sous-titrage. Il s’agit de choses que vous devrez apprendre par vous-même, ainsi qu’avec l’aide de votre superviseur et de vos collègues. N’ayant jamais sous-titré de vidéos avant d’arriver chez Internship-UK, j’ai ainsi dû apprendre.
Par exemple, mon superviseur m’a donné et continue de me donner des conseils, et en comparant mon travail à d’autres vidéos je peux me rendre compte de ce que je peux améliorer. Tout est une question d’expérience. Plus vous sous-titrerez, meilleur vous deviendrez. Comme le veut l’adage, « C’est en forgeant que l’on devient forgeron. » Mais puisqu’un sous-titrage de qualité requiert le respect de certains principes, voici quelques précieux conseils avant de commencer.

« Hum… »
Même s’il courant d’émettre ce genre de bruit lorsque l’on cherche ses mots, que l’on est surpris, ou encore bluffé, cela devient disgracieux une fois transposé à l’écrit, et ce quelle que soit la langue. Lorsque vous sous-titrez une vidéo, évitez de traduire ces sons et autres interjections. Votre audience saura identifier ces sons sans difficulté et comprendre qu’ils n’ont pas vraiment d’importance. Le doute et la surprise n’ont pas de frontières. De plus, en ne les traduisant pas, vous utiliserez moins d’espace et cela vous épargnera de vous occuper des bruits pouvant surgir au milieu de la phrase.

Restez concis
En règle générale, lire un texte prend plus de temps que de suivre un discours oral. Et bien entendu, il est plus agréable de lire un texte clair et bien écrit plutôt qu’un texte confus.
C’est pourquoi, lorsque la personne ayant la parole semble avoir des difficultés à s’exprimer ou que ses propos sont confus, vous devez discerner l’idée principale et la reformuler en une phrase aussi courte que possible. Cela sera plus rapide à lire et plus facile à comprendre pour les personnes ayant du mal à se concentrer à la fois sur l’oral et sur l’écrit.
Dans le cas de phrases brèves nécessitant cependant une traduction plus poussée, utilisez à bon escient l’espace disponible afin d’assurer la compréhension du message auprès des spectateurs. Votre objectif est d’être concis, mais également de retransmettre le message en utilisant la meilleure formulation possible.

Évitez les phrases longues
Rester concis est une chose, éviter les phrases longues en est une autre. En effet, lorsque le locuteur parle pendant 10 secondes ou plus, vous ne pouvez pas faire un sous-titre aussi long.
Lors de la traduction comme de la transcription, il est préférable d’effectuer un découpage logique du discours en différentes sections plus courtes. Par exemple, vous ne devez pas dépasser 2 lignes par sous-titre sur YouTube. Pour vous faciliter la tâche, servez-vous de la piste audio en-dessous de la vidéo qui vous donne une représentation graphique de la moindre pause dans le discours.

Bien que YouTube offre une certaine liberté, il existe de nombreuses règles et normes dans le domaine du sous-titrage. Par exemple, un sous-titre doit avoir une durée allant de 1 à 10 secondes et ne pas excéder 32 caractères par ligne. Ces critères peuvent évidemment varier d’une entreprise à une autre. Il arrive même parfois que déterminer la durée exacte d’un sous-titre requiert l’utilisation de formules complexes.

Pendant la traduction…
Cela va sans dire que votre texte ne doit contenir aucune erreur, et ce quelle que soit la langue. Les fautes de grammaire, de conjugaison et d’orthographe ne sont pas tolérées en traduction, et cela vaut aussi bien pour les textes que pour les vidéos. C’est pour cela qu’au passage de l’oral à l’écrit les phrases tendent à se rallonger. Même si cela arrive fréquemment à l’oral, il est interdit de supprimer des mots pour raccourcir une phrase à l’écrit.
D’autre part, vous devez trouver le bon équilibre entre ce qui peut être dit et ce qui peut être écrit. En effet, les formulations orales ne sont pas toujours acceptables à l’écrit.

Aussi, relisez toujours vos sous-titres à deux reprises, lisez-les et écoutez-vous les lire, assurez-vous qu’ils soient compréhensibles. Assurez-vous également qu’ils ne soient ni trop longs ni trop courts. Si vous en avez l’occasion, demandez l’avis de votre superviseur et de vos collègues. Avoir des retours et des commentaires est toujours bon à prendre.

J’espère que ces conseils vous ont aidé à comprendre en quoi consiste le sous-titrage. Rappelez-vous de donner le meilleur de vous-même afin d’offrir la meilleure expérience audio-visuelle à votre public. Gardez en tête qu’il souhaite avant tout regarder une vidéo ; les sous-titres doivent rester aussi discrets que possible.

Et n’oubliez pas de toujours aimer ce que vous faîtes.

, , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>