INTERNSHIP UK

Read how you can change your life

Jack l’Éventreur

C’est près de la City à Londres, dans le quartier de Whitechapel, qu’est né l’un des plus grands mythes de l’ère Victorienne. La sordide légende de Jack l’Éventreur reste un mystère irrésolu à ce jour. Comme vous le savez probablement, l’engouement qu’a suscité cette célèbre affaire a donné lieu à de nombreuses légendes urbaines, et a inspiré bon nombre d’oeuvres de littérature telles que certaines aventures de Sherlock Holmes par exemple, mais aussi au cinéma, en musique et au théâtre. Le mythe de Jack l’Éventreur, tueur en série qui aurait assassiné entre 5 et 11 prostituées en 1888, est construit sur le fait que beaucoup de questions restent sans réponses.

Vous trouverez ici une synthèse de plusieurs éléments à savoir à son sujet.

Qui était-il?

Pour être honnête, personne ne sait qui était réellement Jack l’Éventreur. A l’époque il y eut plus d’une centaine de suspects, plus de 2 000 personnes furent interrogées, 300 firent l’objet d’une enquête, et il s’en est suivi que 80 personnes furent emprisonnées. On a même pensé qu’un gang était à l’origine de ces crimes. Après cela, certaines des théories établies furent celles selon lesquelles l’assassin avait des connaissances médicales et anatomiques, qu’il était boucher, qu’il était droitier ou qu’il avait des problèmes mentaux… Mais aucun indice ne prouve une seule de ces théories.

Le mode opératoire

D’après les autopsies réalisées par les enquêteurs de l’époque, le meurtrier agissait en suivant en 3 étapes : il étranglait puis tranchait la gorge de ses victimes, et une fois mortes il mutilait leur abdomen et retirait une partie du corps – un rein, le coeur, les intestins ou l’uterus. De plus, il effectuait ses sombres méfaits pendant les week-ends et très tôt le matin.

Les “5 Canoniques”

Même si nous ne connaissons pas le nombre exact des victimes de sa folie meurtrière, au moins 5 femmes sont officiellement ses victimes. La première, Mary Ann Nichols, fut assassinée le 31 Août dans la rue qu’on appelle aujourd’hui Durward Street. Annie Chapman fut tuée le 8 Septembre dans Hanbury Street. Deux autres femmes, Elizabeth Stride et Catherine Eddows, furent découvertes le 30 Septembre dans Henriques Street et Mitre Square. La dernière victime, Mary Kelly, fut quant à elle retouvée le 9 Novembre à proximité de Dorset Street et était la plus horriblement mutilée (son coeur lui fut arraché de la poitrine).

Le nom

L’origine de son nom vient de la lettre “Dear Boss”. Celle-ci annonçait la volonté du tueur en série d’assassiner une autre femme et de lui couper les oreilles. De plus, il affirma être amusé par la police qui prétendait l’avoir attrapé. Cette lettre fut écrite à l’encre rouge, et signée avec le pseudonyme “Jack l’Éventreur”. C’est la raison pour laquelle il a été décidé d’associer ce nom à ces crimes atroces.

Même si ceux-ci ne sont maintenant plus vraiment présents dans les esprits, l’image d’une rue sombre et brumeuse où un meurtrier pourrait nous attendre caché nous vient tout de suite à l’esprit lorsque nous entendons ce nom énigmatique.

Il existe beaucoup de théories sur l’identité du meurtrier, sur le nombre de victimes et leurs noms, sur le mobile, et les autres lettres prétenduement écrites par Jack l’Éventreur comme «From Hell» ou «Dear Boss» par exemple. N’hésitez pas à aller découvrir cette histoire extraordinaire dans le quartier de Whitechapel, grâce au « Jack The Ripper tour ».

, , , , , , , , ,

One thought on “Jack l’Éventreur

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>