INTERNSHIP UK

Read how you can change your life

Introduction à la traduction audiovisuelle

Nous passons une grande partie de notre temps devant des écrans (télévision, cinéma, ordinateur etc…). Ils nous fournissent des informations, changent nos émotions, nos idées et nos pensées, reflètent nos cultures et nous font découvrir de nouvelles langues et valeurs.

Dans certaines communautés, la télévision renforce les capacités à lire et à apprendre une langue, comme c’est le cas des chaînes BBC World, France 24 et ARTE. Cela se fait par le biais de sous-titres intralinguistiques qui ont pour but d’aider les immigrés et d’intégrer les sourds et malentendants d’une manière plus efficace.

La traduction audiovisuelle est un secteur relativement nouveau, qui se développe au fur et à mesure que la technologie progresse. Le secteur est poussé par la demande croissante du marché, en même temps que le nombre de thèses, de conférences, d’articles, d’essais et de mémoires ne cesse d’augmenter. Bien que la traduction audiovisuelle soit un secteur en pleine expansion, il est en lien avec un large panel d’activités dans le domaine des médias, notamment dans la presse, l’adaptation, la vente de biens et de services en ligne à l’international.  N’oublions pas non plus le théâtre, l’opéra et les livres illustrés. Parmi ces activités, nous pouvons citer la traduction pour les personnes sourdes et malentendantes  (audio-description), le doublage, le sous-titrage et l’enregistrement de voix-off. La traduction audiovisuelle est un domaine qui présente de multiples facettes.

Les enjeux

Trois difficultés principales surviennent lorsque l’on passe d’une langue à une autre en traduction audiovisuelle : la synchronisation entre les images, les sons et le discours, la synchronisation entre les codes oraux et écrits, et le lien entre la langue source et la ou les  langue(s) cible(s). Pour surmonter ces difficultés, il est essentiel pour le traducteur d’améliorer ses connaissances et de développer son offre de services. Quel est alors le point commun des différentes activités de traduction audiovisuelle ? Tout d’abord, la frontière entre la communication orale et écrite disparaît puisque la traduction et l’interprétation se déroulent simultanément. Ensuite, cela souligne l’importance qu’il faut accorder au public auquel on s’adresse (enfants, sourds et malentendants).

En traduction audiovisuelle, l’accessibilité au contenu prévaut sur tout le reste :

  • acceptabilité du contenu : figures de style, rhétorique, terminologie ;
  • lisibilité du texte : emplacement, taille et vitesse de défilement des sous-titres ;
  • pertinence du contenu : informations ajoutées, supprimées ou omises ;
  • synchronisation : voix-off, doublage, commentaires ;
  • adaptation à la culture : compréhension du message d’une culture à une autre, différences entre les valeurs culturelles.

Le défi du traducteur consiste à choisir s’il faut conserver le contenu tel quel, quitte à ce qu’il ne soit pas compris, ou bien adapter le texte source aux attentes du public cible, même si cela implique de la censure, du purisme linguistique ou bien une modification partielle du scénario. Cet exercice met en jeu l’éthique du traducteur. Cela étant dit, certains modes de traduction audiovisuelle transgressent intrinsèquement l’éthique du traducteur puisque le passage d’une langue à une autre induit une modification obligatoire du message original.

, , , , , , , , ,

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>